MMA Fighter va ouvrir un gymnase pour aider les survivants de la violence domestique

Nkazimulo zoulou

thaiholics_fight_promotions sur Instagram

Le combattant sud-africain du MMA Nkazimulo Zulu espère aider les personnes touchées par des crimes sexistes.

Nkazimulo Zulu espère apporter des changements dans son quartier. Zulu est un combattant professionnel d'Afrique du Sud. Il sait de première main comment l'entraînement aux sports de combat peut changer votre vie. Il espère être le catalyseur de ce genre de changement dans ses communautés locales en Afrique du sud.



Zulu est un combattant professionnel avec un dossier de 13-5-1. Il a commencé à s'entraîner au karaté quand il était plus jeune et a maintenant quitté son travail de mécanicien pour se battre. Il rêve d'ouvrir des gymnases dans des centres communautaires locaux à Newcastle en Afrique du Sud pour permettre aux femmes et aux enfants de se défendre.

Lorsque mon partenaire et moi-même avons eu la première conversation, j'ai pensé à la violence sexiste. Je n'aime pas lire ou entendre parler de violence contre les enfants et les femmes. Je crois que j'ai des compétences à partager – des compétences que j'ai acquises au cours de mes nombreuses années de carrière. Je veux aider chaque individu à se protéger des individus malades qui pensent qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Notre salle de sport est basée sur des cours d'autodéfense, intégrés à la forme physique et au bien-être, a déclaré Zulu dans une interview avec Annonceur de printemps .

Le dernier combat de Zulu était pour EFC Worldwide à Johannesburg, en Afrique du Sud. Zulu a perdu le titre des poids mouches EFC au cours de ce combat. En plus de poursuivre sa carrière de combattant, il emprunte un chemin pour aider ceux qui l'entourent qui en ont vraiment besoin.

Mon rêve est de rétablir la sécurité dans notre pays. C'est une grande déclaration mais qu'est-ce qu'un meilleur demain s'il n'est pas promis d'être un bon, un sans peur, a déclaré Zulu.

Aimez-vous l'idée d'une formation MMA pour les victimes de crimes sexistes ?