Archives: José Aldo Trash-Talks Conor McGregor après avoir été testé anti-drogue (2015)

Conor McGregor, José Aldo

Le soleil et les combats MMA

Ce jour-là, il y a sept ans, José Aldo lançait des propos vulgaires à sonUFC194 adversaire,Conor Mc Gregor.

La préparation du combat UFC 194 de José Aldo contre Conor McGregor est l'une des plus mémorables de l'histoire de l'entreprise. Les deux ont fait une tournée médiatique internationale, McGregor livrant sans doute le meilleur discours trash de sa carrière pendant la préparation. Cependant, des mois avant leur affrontement, Aldo a décidé de diffuser sa propre marque de discours trash tout juste sorti d'un test de dépistage de drogue de l'USADA.



Bien sûr, McGregor aurait finalement le dernier mot en éliminant Aldo en 13 secondes lors de l'événement principal de la soirée. Aldo ne récupérerait jamais l'or de l'UFC par la suite.

Dernières nouvelles

Sept ans plus tard, Aldo et McGregor restent tous deux sur la liste active de l'UFC et le discours poubelle et le mauvais sang ont depuis longtemps pris fin entre les deux. En fait, menant au dernier combat d'Aldo contre Merab Dvalishvili à l'UFC 278, McGregor a fait tout le contraire de trash-talk son ancien ennemi .

Au lieu de cela, il a émis des mots d'encouragement, même si Aldo finirait par perdre contre Dvalishvili par décision unanime. Quant à McGregor, il devrait reprendre la compétition au début de l'année prochaine.

L'article suivant vous est présenté dans sa forme originale et non modifiée, avec l'aimable autorisation de The MMA News Archives.

En ce jour il y a sept ans…

[PUBLIÉ À L'ORIGINE LE 17 SEPTEMBRE 2015, 12:06]

Titre: José Aldo Trash-Talks Conor McGregor après avoir été testé anti-drogue

Auteur : David Bixenspan

Hier soir, le champion poids plume de l'UFC, Jose Aldo, a été testé au hasard par l'Agence antidopage des États-Unis avant son combat du 12 décembre avec le poids plume intérimaire de l'UFC, Conor McGregor.

Une fois qu'il a terminé et reçu les documents de l'USADA, il s'est rapidement rendu sur Instagram pour appeler et se moquer de McGregor :

Hé, meunier irlandais ! Avez-vous déjà fait votre test antidopage ou ils n'en ont pas en Irlande ? JE L'AI FAIT AUJOURD'HUI ! Je veux le refaire la semaine prochaine ! Et toi ? Es-tu prêt pour ça, espèce de punk ?!?

En juin, l'USADA n'avait pas encore commencé à gérer les tests UFC. Lorsque le combat Aldo contre McGregor était initialement prévu pour l'UFC 189, la Nevada State Athletic Commission a embauché Drug Free Sport pour envoyer un testeur (Ben Mosier) au Brésil pour collecter des spécimens d'Aldo.

À l'époque, c'était une grande nouvelle , Aldo fournissant deux échantillons, dont aucun n'a été testé. Le premier a été accidentellement projeté au sol par Aldo et renversé. Le second a été jugé invalide lorsque Mosier a été séparé de l'échantillon.

Pourquoi il a été séparé de l'échantillon était l'une des histoires les plus étranges de l'année. À l'époque, l'histoire qui sortait du camp d'Aldo était que Mosier n'avait pas le visa approprié pour entrer au Brésil, alors il a été détenu quand Andre Pederneiras, l'entraîneur et manager d'Aldo, a eu le sentiment que quelque chose n'allait pas.

Selon le résumé des tests de dépistage de drogue pour l'UFC 189 (PDF) publié par le NSAC, ce n'était pas exactement le cas. Chris Guinty de Drug Free Sport a envoyé une déclaration qui non seulement assurait au NSAC que le visa de Mosier était valide, mais racontait également son histoire sur ce qui s'était exactement passé :

Juste après 11 h 30, un officier de la police fédérale brésilienne en congé qui suivait une formation sur place en tant que combattant MMA a confisqué le passeport de Ben Mosier et a affirmé qu'il avait un visa de travail incorrect. L'officier a déclaré qu'il était autorisé à faire des affaires, mais pas à collecter des échantillons d'urine (voir le commentaire ci-dessus sur la demande de visa). L'officier de la police fédérale a menacé d'arrêter et d'expulser Ben Mosier pour exécution de travail non autorisée.

Alors qu'il détenait Ben Mosier au centre de formation, l'officier de la police fédérale a raconté qu'il avait été détenu aux États-Unis lors de son retour au Brésil après une précédente bagarre. L'officier a affirmé à Ben Mosier qu'il avait été détenu par des responsables de l'application des lois pendant 24 heures et qu'il avait été mal traité, notant qu'il traitait Ben Mosier d'une manière plus agréable. L'officier s'est fait un devoir de dire que cette détention n'était pas une vengeance pour sa détention passée et qu'il avait le droit de transporter Ben dans un centre de détention local pour traitement.